L’architecture militaire

Une richesse architecturale liée à l’histoire

Depuis l’époque des Romains, de nombreux ouvrages militaires ont été édifiés en Alsace. Cette richesse architecturale est intimement liée à l’histoire mouvementée d’une région occupant une place centrale en Europe. Elle est également le reflet de l’émiettement des pouvoirs dans le Saint Empire Romain Germanique, qui a conduit les propriétaires de terres à affirmer leur suprématie sur leurs voisins à l’aide de constructions massives. Ainsi, bien que majoritairement détruits au 17ème siècle, de nombreux vestiges de châteaux forts, villes, églises et cimetières fortifiés enrichissent le paysage alsacien. On trouve la plupart de ces constructions à des points hautement stratégiques qui permettaient de scruter la plaine d’Alsace ou d’encadrer les accès aux vallées vosgiennes. Suite à sa restauration entreprise au 20ème siècle par l’Empereur Guillaume II, le Château du Haut-Koenigsbourg compte certainement parmi les ouvrages les plus impressionnants. A ne pas manquer également, le Fleckenstein, château non restauré le plus visité d’Alsace.

Plus récemment…

Entre 1679 et 1702, Vauban met en œuvre la fortification de la frontière de l’Alsace. En 1679, Huningue et Sélestat constituent la première étape de cet ouvrage. Viennent ensuite la citadelle de Strasbourg en 1681, les villes de Belfort et Fort-Louis en 1686, puis Landau et Neuf-Brisach en 1698. Neuf-Brisach fait incontestablement partie des villes alsaciennes fortifiées les mieux conservées et les plus majestueuses. Entre 1875 et 1914, les Allemands édifient une nouvelle enceinte de 11km protégée par les 15 forts situés autour de Strasbourg. Enfin, de 1927 à 1935, est entreprise la construction de la Ligne Maginot (200 km) dont il reste de nombreux vestiges, notamment le Four-à-chaux près de Lembach, le Shoenenbourg et la casemate de Esch à Hatten.
Publicités