L’architecture religieuse

L’art roman

Les églises romanes alsaciennes ont partout adopté le plan en croix latine, la nef allongée représentant le bras le plus long de la croix et le transept formant le petit bras. Une tour surmonte souvent la croisée comme à Guebwiller ou encore Sélestat. L’art roman se caractérise par des masses murales fortes et une simplicité des formes dans le décor. L’âge d’or de cet art se situe au 12ème siècle, période à laquelle apparaissent les clochers fortifiés. On assistera peu à peu à la disparition de la tour centrale, remplacée par deux tours latérales comme à Murbach. A partir de la fin du 12ème siècle, les édifices sont ornés de portails à tympan et adoptent un chœur polygonal. Les éléments de décor se concentrent sur les portails et les chapiteaux des colonnes.

La route romane

Une route permet de découvrir le patrimoine roman de la région composé d’anciennes abbayes et d’églises. En voici les principales étapes, du Nord au Sud :

L’abbaye Saint Trophime d’Eschau (8ème siècle), abritant les reliques de Sainte Sophie surmontées d’une sculpture en bois datant de 1470.
Pour en savoir plus

L’église Saints Pierre et Paul de Rosheim (12ème siècle), illustrant l’apogée de l’art roman alsacien et dont les volumes imposants en grès jaune sont richement sculptés.
Pour en savoir plus

L’abbaye Saints Pierre et Paul d’Andlau (9ème siècle), présentant les plus riches sculptures romanes d’Alsace, abritant notamment une frise historiée de 30 mètres aux thèmes épiques et mythologiques.
Pour en savoir plus

Le prieuré bénédictin Sainte Foy de Sélestat (11ème siècle), respectant le plan bénédictin à trois nefs et trois absides. Dominée par trois tours, son décor intérieur se concentre sur les chapiteaux cubiques ornés de motifs végétaux.
Pour en savoir plus

L’abbaye bénédictine Saint Léger de Murbach (8ème siècle), caractérisée par une élégante façade décorée ainsi que par une galerie aveugle à colonnettes, ornée de sculptures représentant des animaux, des visages et des figures géométriques.
Pour en savoir plus

L’église Saint Léger de Guebwiller, qui se caractérise par un style roman tardif rhénan. Elle mêle des influences de Bourgogne, de Lombardie et de Suisse et emprunte déjà certains éléments au style gothique.

L’abbaye Saints Pierre et Paul d’Ottmarsheim et son plan octogonal s’inspirant de la chapelle palatine d’Aix-la-Chapelle, unique témoignage de l’architecture carolingienne en Alsace.
Pour en savoir plus 

L’art gothique

Il apparaît en Alsace vers 1230, lors de la construction du croisillon sud de la cathédrale Notre Dame de Strasbourg. Il s’imposera rapidement grâce à l’essor des villes. Très vite, le gothique rayonnant fait son apparition, privilégiant les édifices lumineux et la verticalité. La collégiale de Colmar et l’abbatiale de Wissembourg en sont de parfaits exemples. Vers 1300, certaines constructions sont dépouillées de tout décor superflu et reviennent ainsi à une architecture simple et austère. C’est le cas, par exemple, de l’église Saint Thomas de Strasbourg. Enfin, le 15ème siècle voit naître le gothique flamboyant, dont la caractéristique principale est l’intégration d’éléments en forme de flamme. La collégiale Saint Thiébaut de Thann et la pointe de la Cathédrale de Strasbourg s’inscrivent pleinement dans ce courant.

Quelques églises alsaciennes de style gothique

La Cathédrale de Strasbourg (12ème siècle), entièrement construite en grès rose des Vosges. Son unique tour ainsi que sa couleur en font une des cathédrales gothiques les plus originales. La façade s’étend sur trois travées et trois étages, tous ornés de merveilleuses sculptures et de statues gracieuses. Au milieu du 2e étage se déploie une magnifique rosace de 14 mètres de diamètre.
Pour en savoir plus 

L’église St-Pierre-le-Jeune de Strasbourg (13ème siècle), qui témoigne de l’élégance et de la finesse de l’art gothique. Son chœur est séparé de la nef par un très beau jubé voûté du 14ème siècle, orné de peintures des quatre évangélistes.
Pour en savoir plus

La collégiale Saint Martin de Colmar (13ème siècle), constituant un très bel exemple de l’art gothique alsacien. Sa silhouette extérieure se caractérise par une tour unique de 71 mètres de hauteur coiffée d’un bulbe à lanternon. Le portail Sud consacré à St Nicolas présente de remarquables sculptures.
Pour en savoir plus

L’église Saints Pierre et Paul de Wissembourg (13ème siècle), la plus grande église gothique d’Alsace après la cathédrale de Strasbourg. Son intérieur est orné de belles fresques du 14ème siècle dont l’une représente un Saint Christophe de 11 mètres de hauteur (la plus grande peinture d’un Saint en France).

La collégiale Saint Florent de Niederhaslach (14ème siècle), comprenant une tour-porche dont le portail représente la vie de St Florent et menant dans un grand vaisseau orné de magnifiques vitraux des 13ème et 14ème siècles.
Pour en savoir plus

La collégiale Saint Thiébaut de Thann (14ème siècle), fleuron du gothique tardif en Alsace, remarquable tant pour son architecture élégante que pour ses riches sculptures.
Pour en savoir plus 

L’église des Dominicains de Colmar (13ème siècle), illustrant parfaitement l’architecture des ordres mendiants. Elle respecte la sobriété et le renoncement au décor superflu prescrits par les constitutions dominicaines. Elle abrite la très célèbre Vierge au buisson de roses, tableau de style gothique rhénan réalisé en 1473 par Martin Schongauer.

Advertisements